06 61 85 95 13 monpsyaboulogne@gmail.com

Nous n’en sommes pas forcément conscients, nous ne savons pas toujours les reconnaitre, nous avons souvent peur de les exprimer et nous nous en servons comme d’un bouclier…  et pourtant les sentiments facilitent la croissance et le changement.
Voici un article pour évoquer l’importance, le rôle des sentiments et de leur expression dans la relation thérapeutique, comprendre les sentiments et les émotions en thérapie et relation d’aide.

Les sentiments et les émotions : notre expérience émotionnelle

Nous sommes tous les mêmes êtres humains, avec le même « matériel de base » dans notre organisme et notre système nerveux. Et en même temps bien sûr chacun est unique et différent : chacun est capable de nuances et de variations infinies qui s’expriment entre autre à travers notre sensibilité, notre monde intérieur et nos sentiments.

Le sentiment, c’est le sens personnel subjectif qu’on donne à une expérience et tout ce que nous vivons est coloré par nos sentiments.
On peut dire que ressentir est une étape incontournable de l’expérience humaine et que nous ressentons toujours quelque chose (même si nous n’en sommes pas toujours conscient), nous sommes toujours en mouvement et en évolution grâce à nos sentiments.

Ils nourrissent nos espoirs, notre pouvoir personnel, notre potentiel de changement, nos choix, notre responsabilité… comme ils nourrissent aussi en nous la confusion, la peur, le désespoir,  l’impuissance, la colère, la tristesse, la dépression…

Les sentiments ou les émotions …comment faire la différence ?

Les émotions et les sentiments ont un rôle incontournable puisqu’ils président à nos comportements.
Ce sont les deux faces d’une même pièce : notre expérience émotionnelle humaine.
Ils sont à la fois connectés entre eux et différents.

Lorsque l’on parle des émotions, nous faisons généralement référence aux émotions primaires décrites par le scientifique Paul Ekman qui a parcouru le monde et a identifié six émotions fondamentales : la peur, la colère, la tristesse, le dégoût, la surprise et la joie.

A partir de cette « matière première » nos pouvons fabriquer toutes les autres émotions et sentiments à travers notre apprentissage,  notre éducation et la culture et nos expériences personnelles.

Ce qui caractérise une émotion c’est qu’elle est physique, instinctive, elle provoque des changements dans notre organisme, dans notre langage non-verbal et corporel.
Une émotion est directement connectée à nos systèmes biologiques et physiologiques.
Mais le sens qu’on lui donne relève plutôt du sentiment.

Les sentiments sont des associations mentales en réaction aux émotions. Ils sont influencés par nos expériences personnelles, nos souvenirs et nos croyances sur la vie, sur les autres et sur nous même.
Les sentiments résultent de notre perception et de notre interprétation et ils décrivent le l’état émotionnel que nous ressentons : embarras, timidité, jalousie, honte, culpabilité, on est tendu, on se sent morose, enthousiaste, découragé anxieux ou serein, amoureux, confiant …les sentiments expriment le climat émotionnel qui nous accompagne.

Si l’émotion a un début brusque avec un pic d’intensité et un déclin rapide, le sentiment peut durer plus longtemps. Par exemple vous vous mettez en colère  lors d’une réunion avec vos collaborateurs, le déclencheur de cette situation est un aspect bien précis de la situation et une fois le pic émotionnel de la colère passé , il peut persister un sentiment d’irritabilité au cours de la journée au bureau, comme un sentiment de colère qui vous accompagne et dont le déclencheur est interne, à travers l’association mentale et les représentations que vous vous faites.

On pourrait dire que si les émotions vivent dans le corps… les sentiments vivent dans notre esprit,  et ils sont colorés par nos pensées, nos souvenirs et toutes nos représentations.

Bien sur cette distinction que je propose entre émotion et sentiment est juste une façon de les différencier. Ce n’est pas la vérité, c’est la manière dont j’interprète moi même leur différence. Si vous voulez approfondir le sujet, je vous recommande le travail et les livres de Antonio R.Damasio professeur de neurologie mondialement connu pour ses travaux sur les émotions, les sentiments, le corps et la conscience.

La relation thérapeutique pour comprendre les sentiments et les émotions

Depuis les années 90 l’expression « intelligence émotionnelle » connait un grand succès. Derrière ce terme, il y’a un ensemble de compétences pour identifier ses émotions et celle des autres, exprimer ses émotions et aider les autres à exprimer les leur, comprendre ses émotions et celles des autres, utiliser ses émotions pour prendre de bonnes décisions, bien communiquer ou atteindre ses objectifs.  Mais aussi accepter et accueillir ses émotions et sentiments nous apportent des indices sur nos besoins fondamentaux à satisfaire.

Pour Carl Rogers, le psychologue qui a développé l’approche centrée sur la personne, l’impossibilité d’exprimer ce qu’on ressent est un manque de liberté et les sentiments non exprimés nous blessent, nous empêchent de nous comprendre profondément et d’être la personne que nous sommes vraiment.
Ils empêchent ou limitent notre expérience humaine.

A travers une relation d’aide centrée sur la personne, une personne peut justement trouver cette liberté et prendre le risque d’éprouver et d’exprimer tous ses sentiments, elle peut ouvrir la porte à ceux qu’elle gardait jusque là enfouis ou qui lui étaient inaccessibles.

La relation d’aide centrée sur la personne grâce à son climat thérapeutique (la congruence du thérapeute, sa compréhension empathique et son regard positif inconditionnel du monde du client)  permet justement  de prendre le risque d’aller regarder, et d’explorer ce qu’il y’a en soi pour pouvoir l’accepter.

Carl Rogers a observé dans sa recherche combien nos sentiments profonds sont enterrés ou dissimulés sous des couches superficielles de personnalité : que ce soit la solitude, le désespoir, la peur, la colère ou l’amour; on les garde pour soi, on ne les partage pas car c’est difficile et c’est risqué : quand on partage ses sentiments,
on se sent vulnérable, on est ouverts à la critique, au rejet, à la souffrance.

Et au fond nous sommes autant vulnérables à exprimer des sentiments positifs que des sentiments négatifs car dans tous les cas nous prenons le risque que ces sentiments ne soient pas entendus ou pas acceptés.

Clarifier ses sentiments et ses émotions pour se comprendre et s’accepter

C’est donc un des rôles du thérapeute centré sur la personne de faire toute la place nécessaire aux sentiments pour que le client puisse les reconnaitre, les partager et ainsi mieux se connaitre et s’accepter.

Nos sentiments sont parfois criants, parfois confus ou inconscients, souvent emmêlés les uns aux autres… Ils sont  une matière première de la relation thérapeutique, une matière première et vivante à clarifier.

Quand je parle de clarifier les sentiments, il ne s’agit pas d’analyser ce qui est ressenti mais de les refléter pour que le client puisse les comprendre et les ressentir intimement.

Toutes sortes de sentiments existent en nous et TOUS ont besoin d’être éprouvés.
La psychothérapie et la relation d’aide centrée sur la personne nous invitent ainsi à faire l’expérience de ce que nous ressentons et à nous mettre au contact de notre sensibilité profonde. Elles tracent un chemin d’acceptation et d’estime de soi.
Car quand on fait l’expérience entière de ses sentiments on arriver à mieux s’accepter et à mieux s’aimer.