06 61 85 95 13 monpsyaboulogne@gmail.com

Dans cet article vous trouverez des idées et des repères sur la relation d’aide centrée sur la personne, un accompagnement des adultes, adolescents et des couples que je propose à Boulogne.
J’espère être simple et succinct tout en apportant des éléments de réponses aux questions que j’ai reçues  à ce sujet.

Dans une relation d’aide, une personne vient chercher de l’écoute : elle se sent vulnérable, angoissée ou elle rencontre des difficultés à traverser un moment de sa vie… Elle a besoin d’être accueillie et reconnue dans ce dont elle fait l’expérience.
La relation d’aide centrée sur la personne lui offre un climat psychologique pour qu’elle puisse s’approcher de son expérience,  pour qu’elle puisse se comprendre mieux, s’accepter profondément et provoquer un changement si elle le souhaite,  dans le sens de son développement personnel.

Carl Rogers à l’origine de la relation d’aide centrée sur la personne

La relation d’aide centrée sur la personne est un pari du psychologue humaniste Carl Rogers.
Le pari que c’est la relation elle-même qui est thérapeutique.
Pour lui,  la relation entre le thérapeute et le client est une relation de personne à personne, elle est un facteur de mouvement et de changement.
C’est une relation dans laquelle une personne cherche à favoriser chez l’autre la croissance, le développement et une plus grande capacité à affronter la vie.

Le climat psychologique de la relation d’aide centrée sur la personne

La relation d’aide centrée sur la personne repose sur un climat psychologique particulier avec trois attitudes clés : la congruence, la compréhension empathique et l’acceptation inconditionnelle.

Ce sont 3 attitudes que le thérapeute incarne et qu’il manifeste dans la relation avec son client.

-Il est congruent c’est-à-dire qu’il est au contact de ce qu’il pense et de ce qu’il ressent ; il est en accord avec lui-même. Il n’a pas à s’abriter derrière une façade de « professionnel »; il est une personne authentique et transparente, c’est-à-dire qu’il peut communiquer ce qui est présent en lui si cela est au service de la relation ou si cela facilite quelque chose pour le client.

-La compréhension empathique est une manière d’être présent avec son client, de percevoir ses sentiments et d’y répondre. C’est un mouvement du thérapeute vers le client pour lui refléter sa sensibilité. Comprendre quelqu’un de manière empathique c’est percevoir et refléter son monde intérieur sans désir de le juger, de l’analyser ou de le changer mais avec l’intention de le comprendre profondément.

-L’acceptation inconditionnelle du thérapeute signifie que tout ce que la personne exprime, tout ce qu’elle dit d’elle, tout ce qu’elle éprouve est digne d’être entendu, respecté et accepté. Cette acceptation est le contraire du jugement, de l’analyse ou diagnostic.Elle valorise l’humanité du client, sa responsabilité et a un impact direct sur l’estime de soi. C’est à partir de l’acceptation inconditionnelle et du non-jugement dans la relation avec son thérapeute que le client peut se sentir libre d’explorer ses sentiments et de se rapprocher de son expérience intime. Quand une personne est acceptée entièrement, quand elle peut exprimer tout ce qu’elle ressent et se sentir reconnue alors cela a une profonde influence sur ses comportements et sa personnalité.

A quoi sert la relation d’aide centrée sur la personne

Grâce à ce climat psychologique, une personne peut donc s’approcher de son expérience, de ce qu’elle vit pour l’éprouver pleinement, l’accepter et apprendre à se faire confiance. Au fil de cette relation d’aide qu’elle construit avec le thérapeute, elle devient de plus en plus capable de s’écouter, de plus en plus sensible à ce qu’elle éprouve, à ses réactions, elle peut abandonner ses peurs et ses défenses pour devenir qui elle est vraiment.

La relation d’aide centrée sur la personne est indissociable de la vision de Carl Rogers sur la nature humaine. Pour lui la nature humaine est positive, constructive et sociale. Il l’a d’ailleurs décrite à partir d’hypothèses qu’il a vérifiées dans son expérience de chercheur et de psy. Et il a prouvé dans sa recherche que c’est bien la qualité de la relation avec le thérapeute qui peut provoquer ou faciliter le changement d’une personne.

Une relation d’aide centrée sur la personne, comment ça se passe ?

Pour Rogers, le rôle du thérapeute est d’accompagner la personne pour qu’elle puisse se développer, grandir, devenir plus autonome,
plus responsable et plus libre.

Le psy n’a rien à déduire, rien à interpréter, rien à analyser ou catégoriser… Il fait alliance avec son client et facilite quelque chose en lui par exemple en accueillant toutes les aspects de la personne présents, toutes les parties d’elle qui veulent grandir vers plus de liberté et d’autonomie.

La relation d’aide centrée sur la personne se déroule en face à face et passe par la parole et l’expression des sentiments car la plupart du temps,
nous ne sommes pas conscients de ce que nous disons ou de ce que nous ressentons, nous ne sommes conscients que de la surface
mais pas de la profondeur ou de la résonance émotionnelle.

Dans la sécurité d’une relation d’aide centrée sur la personne le client peut éprouver ses sentiments, sa confusion, ses contradictions, son mal-être…
et c’est aussi un espace pour qu’il se sente rassuré, reconnu, qu’il comprenne ce dont il a besoin et puisse se réaliser en tant que personne.

Le thérapeute cherche à partager l’expérience de son client, de manière authentique, empathique en lui offrant un regard positif inconditionnel.
Il l’aide à rassembler les pièces manquantes de son expérience :

  • le client s’efforce de voir et d’entendre ce qui est présent en lui au lieu de « ce qui devrait être » ou « pourrait être »
  • il s’efforce de ressentir ce qu’il ressent vraiment, au lieu de « ce qu’il devrait » ressentir.
  • il prend la liberté de dire ce qu’il pense au lieu de dire « ce qu’il devrait » penser.
  • il a cette liberté fondamentale de s’approcher de ce qui est bon pour lui, au lieu de « ce qu’il devrait vouloir » ou de ce que les autres veulent pour lui.

Le rôle du thérapeute centré sur la personne

Dans un de ses enregistrements Carl Rogers dit à la personne qu’il écoute :
« J’ai envie de vous connaitre profondément  et j’espère avoir la chance de vous voir tel que vous êtes vraiment ».
C’est sa manière à lui de prendre position sur le rôle de thérapeute et sur ce qu’il fait vivre à celle ou celui qu’il écoute :
une expérience chaleureuse à travers une relation forte, basée sur l’écoute et l’accueil inconditionnel de ce qui est présent.

Pour Rogers, c’est comme ça que le changement arrive.
Un changement personnel qui va dans la direction de la croissance, de l’autonomie, de la liberté et de la responsabilité.

Carl Rogers dit « Quand je suis présent et bien là, alors des choses intéressantes arrivent ».
C’est dans cette simplicité, cette évidence là qu’une relation d’aide centrée sur la personne se construit : le thérapeute est là, présent, il reflète l’expérience et les sentiments du client, il apporte la confiance la compréhension et l’authenticité d’une relation de personne à personne.

Cette qualité de présence permet à chacun de vivre son expérience et de découvrir au fil des entretiens qui il -ou elle- est vraiment
et ce dont il -ou elle- a besoin pour vivre une vie plus satisfaisante.